GCO : Les coulisses d’un chantier d’exception qui cache bien ses zones d’ombre !

Contournement ouest de Strasbourg les coulisses d’un chantier d’exception…
bâti sur des mensonges et une méthode où l’exemplarité de l’entreprise est loin d’être vertueuse : travailleurs détachés, mains-d’œuvre loin… très loin d’être locale et puis on ne fait pas une omelette sans casser des œufs à l’image du chantier de la coupe du monde de football au Qatar.

On vous retranscrit la vidéo :

Les communes situées à proximité du tracé de l’autoroute A355, qui va contourner Strasbourg par l’Ouest ont pu apporter leurs idées et leurs solutions afin de minimiser les impacts pour leurs habitants, comme ici à Ittenheim où le maire a pu notamment obtenir un passage sous un pont :

« C’était une des premières discussions qu’on avait eue avec Vinci qui a été entendu. Aujourd’hui on est fier d’avoir pu concrétiser tout cela point »

Le projet initial a pu être amélioré au bénéfice des habitants d’Ittenheim.

« L’enjeu, c’était de réussir à faire passer en toute sécurité les exploitants agricoles, les cyclistes, les piétons. On a allongé ce pont avec une traversée supplémentaire et on l’a aussi élargi pour permettre ce passage latérale le long de la RN 4 au-dessus du pont », explique Margaux Allix, directrice de la maitrise d’ouvrage à Vinci Autoroutes.

Au cours des années nécessaires à la construction de l’autoroute,  Vinci Autoroutes et les élus ont appris à se connaître et à travailler ensemble. Au départ, le projet était parfois localement source d’inquiétude.

« On a préféré s’asseoir autour d’une table et essayer de négocier avec Vinci pour essayer d’éloigner au maximum le contournement de Strasbourg de notre village. À l’origine il passait à 300 M de notre village, suite au négociation on est arrivé à le repousser à peu près à 1,3 km des maisons les plus proches », se vante le maire d’Ittenheim.

Pour le maître d’ouvrage, c’était essentiel que les élus du territoire s’impliquent dans le projet :

« Quand on est arrivé en 2016, on a tout de suite voulu aller à la rencontre des élus, à la fois pour comprendre les attentes du territoire, pour exposer aussi le projet, ces contraintes et les choses qu’on ne pouvait pas bouger. Mais aussi la marge de manœuvre qu’on avait pour coconstruire ce projet avec les élus », conclut Margaux Allix.

LA REALITE EST MOINS BIEN IDELIQUE DE CE QUE PRETEND VINCI !

Vinci Autoroutes organise depuis quelques semaines, la promotion de sa toute nouvelle autoroute à péage à l’Ouest de Strasbourg. Ici, dans cette vidéo de propagande à sa sauce, avec la collaboration d’un maire pro GCO, l’entreprise veut nous faire croire au respect et à la bienveillance d’une co-construction avec les élus locaux qui s’est déroulée naturellement et accueillie les bras ouverts.

La réalité est tout autre !

Même s’il y a eu des maires conciliants, le projet s’est installé dans la douleur.

Dès les premiers travaux de sondages géologiques en 2016, les entreprises mandatés n’ont pas toujours été les bienvenue. Plusieurs chantiers ont été perturbés. Pire, pensant pouvoir gagner du temps, Vinci a voulu contourner la loi sur des secteurs réglementés où elle a été rappelée à l’ordre (zone grand hamster sur Kolbsheim, par exemple).
Et puis, même si l’entreprise dit avoir rencontré tous les maires des communes impactées, il ne faut surtout pas imaginer que cela se soit bien déroulé. Là où Vinci a rencontré de la résistance, le maitre d’ouvrage SOCOS a réalisé le stricte nécessaire que lui impose la loi faisant payer à Kolbsheim sa zad et souhaitée et défendue par l’ancien maire Dany Karcher qui a pris sa retraite lors des dernières municipales. Une élection en 2020 qui a permis aux habitants de certaines communes de sanctionner leur maire « collabo » de porter une liste à la mairie avec colistiers antis GCO. Ainsi, des communes comme Ernolsheim/Bruche, Duppigheim ou encore Strasbourg, sont autant de petite victoire locale face aux désastres qu’engendre le GCO.

Car, ce que ne dit pas Vinci, c’est que l’entreprise obtient le droit de construire le contournement alors que l’Etat sait que l’autoroute est incompensable, mais ferme les yeux et impose le projet malgré sept avis négatifs en deal-compensatoire à l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Ni oubli, ni pardon !

One Reply to “GCO : Les coulisses d’un chantier d’exception qui cache bien ses zones d’ombre !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.