Investissements autoroutiers : de maigres créations d’emplois, un gros enrichissement des actionnaires

Dénoncer Vinci et son monde c’est aussi dénoncer les magouilles et fausses idées : les investissements autoroutiers ne créent pas réellement d’emplois, mais enrichissent d’abord et avant tout les actionnaires !

Le 14 janvier, la ministre des Transports Elisabeth Borne a reçu les sociétés d’autoroutes qui prévoient d’augmenter les péages de 1,8% le 1er février prochain. Pour déminer le sujet, le gouvernement leur a demandé de prévoir des tarifs préférentiels pour celles et ceux qui empruntent l’autoroute très fréquemment. Pas sûr que cela suffise à endiguer la colère. Comme le rappelle l’enquête de Bastamag publiée en 2017 sur les investissements autoroutiers, l’État se révèle incapable de défendre les intérêts des citoyens, qui financent d’un côté les travaux comme contribuables, et assurent les dividendes exorbitants des actionnaires de Vinci ou d’Eiffage lorsqu’ils passent à la caisse du péage.

 » Le 26 janvier 2017, le ministère des Transports a confirmé un plan d’investissement autoroutier de 800 millions d’euros portant sur une cinquantaine d’opérations. Elles s’ajoutent à la vingtaine de chantier déjà annoncés durant l’année 2015 par Emmanuel Macron. Ces grands travaux profiteront-ils à l’emploi et aux utilisateurs des autoroutes ? Ou en premier lieu aux sociétés autoroutières, grandes bénéficiaires des privatisations de 2005 ? L’État se révèle en tous cas incapable de défendre les intérêts des citoyens, qui financent d’un côté les travaux comme contribuables, et assurent les dividendes exorbitants des actionnaires de Vinci ou d’Eiffage lorsqu’ils passent à la caisse du péage. « 

Lire l’article dans son intégralité ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.