Communiqué des Jeunes contre le GCO

Ce 29 mars 2019, dans le contexte de la mobilisation mondiale pour le climat, nous, jeunes militants contre le GCO, réalisons une action symbolique devant la chambre de commerce et d’industrie Alsace Eurométropole (CCI), organisme qui représente l’intérêt des entreprises commerciales, industrielles et de services du Bas-Rhin.

Nous dénonçons à travers cette action le rôle qu’a eu cette institution dans la défense du projet du Grand Contournement Ouest (GCO). Un projet datant des années 70, d’une autoroute à péage de 24 km sacrifiant les riches sols du Kochersberg, des forêts centenaires comme celle du Grittwald ou encore des zones humides. Au total, 52 000 personnes seront touchées par cette future autoroute qui occasionnera une pollution de l’air, sonore et lumineuse qui affectera également la flore et la faune. La multinationale ARCOS/VINCI a une nouvelle fois été désignée constructeur/concessionnaire par le Conseil d’État le 29 février 2016, répétant un scénario déjà trop vu.

Depuis de nombreuses années, la CCI use de fausses informations pour justifier cette infrastructure, comme le fait qu’elle diminuera les embouteillages de l’autoroute A35 aux abords de Strasbourg ou la pollution atmosphérique dans la capitale alsacienne. Ces mensonges ont été clairement démentis par des citoyen.ne.s, élu.e.s, associations, agriculteur.trice.s et plusieurs enquêtes menées par des instances indépendantes. L’étude du CGEDD a montré que le GCO ne diminuera pas les congestions aux alentours de Strasbourg, celle d’Atmo Grand-Est a démontré que la pollution atmosphérique resterait identique, voire qu’elle empirerait selon d’autres scientifiques. Ajoutons les avis défavorables du Conseil National de Protection de la Nature, de la Commission Locale de l’Eau, de l’Autorité Environnementale et de l’enquête publique. Enfin le « Rapport TKK » (financé par l’État) prouve l’inutilité du GCO au vu des objectifs affichés.

Roland Ries, actuel maire de Strasbourg, et d’autres élu.e.s initialement contre le GCO, ont retourné leurs vestes, et affirment maintenant que ce projet est utile, alors qu’ils s’engageaient contre il y a quelques années. La propagande honteuse orchestrée par la CCI n’y est pas étrangère.

En analysant la situation, on se rend compte que le président (Jean-Luc Heimburger) et le vice-président de la CCI (George Lingenlheld), ont des intérêts à ce que le GCO soit réalisé. En effet, le contrat du Grand Contournement Ouest oblige Arcos à laisser 30% de la réalisation du chantier à des entreprises non liées à VINCI, ce qui représente des prestations à 150 millions d’euros au total. Jean-Luc Heimburger est le PDG de SML Location, dont l’activité est la location d’engins de chantier. George Lingenheld est président de LINGENHELD ENVIRONNEMENT, une entreprise de travaux publics. Ces deux sociétés seront possiblement impliquées dans la réalisation du GCO et pourraient en tirer des retombées économiques conséquentes.

En Septembre 2012, alors que le projet était presque annulé, sous l’impulsion de Jean-Luc Heimburger, une plaquette intitulée « GCO 2016, tous gagnants ! » a été largement diffusée… 44 pages remplies de mensonges, destinées à convaincre le gouvernement de relancer le projet. En 2013, le rapport du CGEDD qui explique que le GCO ne diminuerait pas les bouchons relance le projet à la surprise générale bien que le rapport Durond devait l’enterrer quelques mois plus tôt. C’est à ce moment que les tractations de la CCI envers le grand public et les élu-e-s, sont devenues plus insistantes.

Qu’est-ce que les citoyen.ne.s ont à y gagner ? Le GCO aurait dû aller dans les poubelles de l’histoire, comme exemple de ce qu’il ne faut plus faire. Jean-Luc Heimburger et George Lingenheld font passer leurs intérêts avant ceux de toute la population alsacienne qui souffrira de la pollution engendrée par ce couloir à camions. Par extension, c’est l’Europe et la planète toute entière qui seront impactées, car la construction de cette infrastructure n’est qu’une partie d’un grand projet de connexion des ports de la mer du Nord et de ceux de la méditerranée, pour continuer avec ce modèle de transport de marchandises à grande échelle. En d’autres termes, plutôt que de prendre des mesures radicales pour sauver la planète, sous l’impulsion de quelques personnes obsédées par leurs intérêts, ce sont des mesures radicalement contre l’écologie et la planète qui sont prises. C’est le système capitaliste qui est responsable du réchauffement climatique et de l’érosion de la biodiversité, parce qu’avec ce modèle, la nature sera toujours placée en second plan par rapport au profit.

En définitive ce retour de bâton, n’est pour la CCI et tous les promoteurs de ce projet néfaste, qu’un rappel de l’odeur nauséabonde de leurs exactions. Les luttes pour l’environnement, la justice sociale et les générations futures prendront ici et ailleurs de nouvelles formes et viendront maintenant salir responsables et complices de la destruction du vivant, sous toutes ses formes.

   

Les jeunes contre le GCO

One Reply to “Communiqué des Jeunes contre le GCO”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.