GCO… En 2019, plus que jamais, la lutte continue contre l’Etat, Vinci et son monde !

« […] Oui mais les travaux sont engagés ! » …
Et alors ? La lutte continue, contre l’Etat, Vinci et son monde !

On lit parfois sur certaines de nos publications, notamment sur Facebook, des propos interrogatifs sur les raisons de poursuivre la lutte alors que les travaux ont débuté, qu’il est trop tard, le mal est fait, on ne peut plus rien faire…

C’EST FAUX !
NE VOUS RÉSIGNEZ PAS !

Mettre l’État face à ses contradictions et combattre Vinci et son monde, a du sens…

Même si les travaux ont débuté, rien n’est définitivement perdu. Il y a certes urgence, mais tous les recours sur le fond ne sont pas encore jugés. Et puis au-delà des faits, combattre Vinci et son Monde prend tout son sens. Ici, plus qu’ailleurs et pour l’exemple pouvant servir ailleurs. Parce qu’il y a une urgence climatique, le GCO est l’exemple type qui met l’État français face à ses contradictions sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique. Pire, les connivences et arrangements entre amis, la corruption, sont à leur apogée ici dans ce dossier, entre un préfet -Jean-Luc Marx qui n’est pas à son premier coup-, des élus locaux, des responsables de la CCI et Vinci, à s’entendre tous, contre l’avis des populations concernées directement et indirectement et surtout, contre l’avis d’experts pourtant mandatés par l’État lui-même…

Bref, les raisons sont multiples à poursuivre le combat !

REJOIGNEZ-NOUS !

#VinciDegage
#SanefDegage
#MarxDemission

    Aucune résignation, rejoindre la ZAD…

Ils n’auront pas notre résignation, appel à rejoindre la ZAD du Moulin

Comment venir à la zad – le Spot… les infos ici

One Reply to “GCO… En 2019, plus que jamais, la lutte continue contre l’Etat, Vinci et son monde !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.