GCO : L’Etat poursuit ses violences…

Attention images choquantes de la violence policière à l’encontre d’un militant anti-GCO pacifiste.

Ce mercredi 14 novembre 2018, dans le secteur entre Dingsheim et Griesheim-sur-Souffel, près de Strasbourg, des gendarmes se sont acharnés sur un militant. Son tord : s’être assis devant des machines sur un chantier de Vinci. Il comparaîtra jeudi 15 novembre devant le tribunal de grand instance de Strasbourg. Un rassemblement solidaire est organisé – infos ici.

Le choc de ces images est d’autant plus violent quand on sait que la lutte contre le projet autoroutier de Vinci prône la non-violence et le pacifisme, et que d’après le tribunal administratif, il existe des « doutes sérieux » sur la légalité des travaux.

Mardi, c’était un élu, Luc Huber, maire de Pfettisheim, qui était dégagé pour laisser les machines d’Holtzinger terminer le massacre de quelques arbres entre Pfulgriesheim et Pfettisheim. Des arbres qui avaient été sauvegardés fin septembre suite à un référé devant le Tribunal Administratif. Le Préfet, pour contourné l’obstacle juridique sur son premier arrêté, non jugé encore sur le fond, mais suspendu, a produit un nouvel arrêté. Pour passer en force, une centaine de gendarmes ont été mobilisé mardi. Lundi, les opposants avaient réussi à bloquer les machines, laissant aux arbres un sursis de 24h…

4 Replies to “GCO : L’Etat poursuit ses violences…”

  1. Tenez bon ! quel courage vous avez tous! Je suis en Bretagne et je vous soutien à 100%, il faut par tout les moyens protéger nos terres agricoles, car c’est notre bien collectif le plus précieux face à un avenir qui devient de plus en plus noir.

  2. Une honte ! C’est ça la France ! Les gendarmes là sont des larbins qui maltraitent sans raison des citoyens qui ont le malheur de défendre une bonne cause ! Honte à eux, honte à leur chef, honte à l’état qui permets cela !

  3. Prendre acte de toutes les violences subies, des lois scélérates, de la criminalisation des combats les plus justes pour le bien commun, de la dépossession de nos pouvoirs de citoyens et de salariés, de la prédation sur la nature et sur la société jusqu’à ne laisser, partout, que ruines qui mettent en jeu la vie sur terre, dont la nôtre, pour et par une minorité de sociopathes dont l’avidité n’a plus aucun sens tant ils sont repus : s’en souvenir toujours, convaincre autour de soi et dégager ces immenses malfaisants qu’il faudra bien un jour juger, sans clémence, pour ce qu’ils ont fait !

  4. Il serait temps de rappeler aux gendarmes qui les paient ! Ils sont au service des citoyens et pas seulement d’une poignée d’actionnaires, que disent-ils quand il rentrent chez eux ? « aujourd’hui j’ai participé à la destruction de la France et j’ai maltraité des français qui la protègent » ?
    Courage aux opposants de ce énième projet inutile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.