QUI AGRESSE QUI ? REPONSE A VINCI… ET HERRMANN !


 
A deux jours d’intervalle Pierre Coppey, Président adjoint de Vinci autoroutes et Robert Herrmann, Président de l’Euro-métropole Strasbourg, se sont fendus d’un courrier, respectivement à France 3 Alsace[1] et dans les DNA[2]. Voici la réponse que les vilains zadistes leur offrent.

Les deux n’y vont pas à moitié pour défendre le projet, voire à raconter n’importe quoi !

Coppey se défend de collusion avec les politiques et inversement, Herrmann avec les industriels. Dans les deux cas, nous refusons de vous croire. Le cas de la nouvelle route du littoral à la Réunion[3] où le préfet et le concessionnaire étaient les mêmes, est là pour le prouver. On sait bien que  les industriels s’immiscent par pur altruisme dans les conférences climatiques[4]

Nos deux détracteurs viennent nous parler d’utilité publique et Coppey ose même dire de la DUP qu’elle a été adoptée « en janvier 2008, après un long processus de concer-tation publique » (sic) En omettant de préciser que 83% des avis exprimés lors de l’enquête publique de 2006 étaient défavorables à la nouvelle route. Doit-on encore rappeler les 7 avis négatifs[5] dont deux sur les enquêtes publiques ARCOS et SANEF qui rejettent également le projet ? Nous pensons plutôt que le GCO est « sans autre intérêt que de satisfaire aux lobbies de multinationales peu soucieuses du bien public et encore moins de l’environnement ». Merci M. Herrmann, on n’aurait pas mieux dit !

On arrive sur un passage des plus croustillants quand vous nous parlez de l’immense respect de Vinci pour les procédures. On va juste rappeler pêle-mêle les faits, la liste est suffisamment longue comme ça : négociation plus que suspecte avec la mairie de Vendenheim alors opposée au projet[6], 7 avis négatifs, un tribunal qui a « des doutes sérieux sur la légalité de l’arrêté » mais qui laisse les travaux se poursuivre[7], des coupes illégales sur les communes de Breuschwickersheim et de Pfettisheim (oui, il faut publier l’arrêté de travaux deux mois avant les coupes et oui, il faut au moins que la mairie soit mise au courant), rebouchage de nids en pleine période de nidification (oui ça aussi c’est interdit). On atteint le sommet quand on nous rappelle les merveilleuses compensations… qui consistent à acheter des forêts déjà existantes[8] … Cherchez l’erreur !

Après cela, vous osez carrément présenter des chiffres faux. Le projet va bien procéder à l’artificialisation de 450 ha et pas 110 ha pour Herrmann ou 260 pour Coppey. Il faudrait vous mettre d’accord sur les chiffres, messieurs.

Ensuite Herrmann enchaîne les arguments de mauvaise foi, petit florilège : le « bien-fondé du GCO » – avant de former vos petites alliances pour récupérer la présidence de l’EMS, vous étiez contre aussi ![9] ; « Diminuer la pollution » – même avec toutes les mesures que vous annoncez en parallèle, ça n’aura quasiment pas d’effet[10] ; « Remédier à la congestion de l’A35 », vraiment ? – Il est temps de mettre fin à un mythe : NON, le GCO ne réglera pas les problèmes de bouchons ![11] ; Et le coup « des mobilités douces » – des mesurettes ! Sortir un grenelle des mobilités en 2018 pour des élus prétendument écolos, à d’autres ! … Bref, au niveau des arguments vous avez encore à vous améliorer !

Ce qui n’est pas possible, ce sont les calomnies de Coppey. Vous nous parlez de supposées violences, mais à quoi vous attendiez-vous en envoyant vos employés et sous-traitants détruire des milieux naturels afin de réaliser un projet REJETE à 83% par la population locale ?

Qui agresse qui ?
Qui vient chez l’autre pour lui imposer sa vision des choses ?

« On va attaquer assez vite de partout » dites-vous[12]. Vous qui nous assimilez au terrorisme, quelle est la rhétorique ici d’après-vous ? Sachez qu’une grande majorité de la population ne s’y trompe pas et fait bien la différence entre un zadiste et un terroriste.

D’ailleurs tant qu’à parler de violences, on peut vous en raconter quelques-unes :

  • utilisation répétée de gaz lacrymogène et de coups de la part des forces de l’ordre (on recense un genoux cassé, des côtes abîmées, des points de sutures au crâne,etc…) sans distinction d’âge (personnes âgées comme enfants) ou de fonction (maires, députés et euro-députés gazés à Kolbsheim)
  • confiscation des affaires de zadistes toujours pas récupérées un mois plus tard, entraînant la perte de papiers d’identités, de cartes vitales, et autres documents permettant de se soigner, de travailler et de se déplacer
  • patrouilles incessantes de jour comme de nuit à Kolbsheim par des GM, des camions militaires et un hélicoptère, entraînant un climat anxiogène rappelant la guerre à certains et empêchant des enfants de dormir
  • harcèlement de la population locale et des zadistes au travers de contrôles d’identités incessants et se faisant le plus souvent « au faciès »
  • interdiction d’accès à l’inauguration d’une chaufferie biomasse à Westhoffen pour des habitants du village, sous le prétexte d’une « menace terroriste ».
  • mise en garde à vue de citoyens pacifiques attachés à des arbres

Enfin, vous nous déclarez : « l’objectif principal c’est de franchir les obstacles pour que le chantier se déroule ». Il semblerait que les obstacles soient pour vous l’expression de la démocratie et dans certains cas le respect de la légalité.

Vous n’avez donc pas plus d’arguments sérieux que de preuves des soi-disant violences que les ouvriers auraient subies.


 
Nous vous affirmons donc que nous continuerons d’être présents encore longtemps sur « votre route ».

A bon entendeur, salut !

Des habitant.e.s de la ZAD et militant.e.s anti-GCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.